Home Cultura Cultura Aosta

“La vie de flocon de neige”

0
CONDIVIDI
“La vie de flocon de neige”
“La vie de flocon de neige”

“La vie de flocon de neige”

L’école de l’enfance Monseigneur Jourdain d’Aoste lauréate
du premier prix du Concours supranational Kamishibaï plurilingue pour le récit  “La vie de flocon de neige”

L’Assessorat de l’Éducation, de l’Université, des Politiques de la jeunesse, des Affaires européennes et des Sociétés à participation régionale informe que mardi 29 juin, par visioconférence, a eu lieu la remise de prix du Concours supranational Kamishibaï plurilingue qui a vu la participation simultanée de 20 mille élèves de différents pays : Canada, Chine, France, Grèce, Etats Unis, Portugal, Sénégal et Suisse, en plus de la Vallée d’Aoste. Le premier prix a été décerné à l’école de l’enfance Monseigneur Jourdain d’Aoste pour son histoire “La vie de flocon de neige”, un conte en français, francoprovençal, espagnol du Pérou et roumain.

Ce travail avait déjà été récompensé à l’échelon régional recevant le  premier prix  pour la tranche d’âge de 3 à 5 ans et avait été sélectionné pour représenter notre région au Concours supranational.

La réalisation de ce kamishibaï s’inscrit dans la planification scolaire des enseignants : “Dans notre programme pédagogique de cette année scolaire nous avons inséré un projet dédié à l’observation des changements des saisons et un projet d’expériences scientifiques – affirment les enseignants dans leur carnet de bord – .

«La vie de Flocon-de-neige» nous a permis d’aborder les connaissances des enfants sur la neige et sur le cycle de l’eau.”

Le kamishibaï est le résultat d’une création artistique collective qui a impliqué tous les enfants de l’établissement scolaire : “Les  tâches ont été réparties entre les trois sections de l’école. L’après-midi les enfants de la moyenne et de la grande section ont réalisé les éléments des planches en sous-groupe et individuellement.”

La participation à cette initiative a favorisé un intérêt pour les langues du contexte et a permis de collaborer avec les familles, mais surtout elle a offert aux enfants l’occasion d’être  les protagonistes de la réalisation d’une œuvre artistique à partir de matériel de récupération.

Le prix international valorise cet engagement et témoigne de la qualité de ce travail collaboratif qui a été évalué sur la base de trois critères principaux : la qualité de l’image, la créativité et la cohérence du récit et l’intégration réussie de la pluralité de langues à l’histoire.

Le théâtre d’images kamishibaï (de kami = papier, et shibaï = théâtre) est une technique née au Japon et largement utilisée depuis quelques années dans les écoles de notre région pour promouvoir la diversité linguistique et culturelle. Les planches réalisées par les élèves défilent dans un butaï, une espèce de petite scène portative qui sert de support et qui permet de faire  succéder les images au fil du conte.

Porté par un réseau international d’acteurs de l’éducation réunis par une perspective commune, faire de la diversité linguistique et culturelle une richesse à valoriser, ce Concours, dont le thème  était une phrase du scénariste et dessinateur de bande dessinée suisse.

Tom Tirabosco : “Le monde était en train de changer plus vite que je ne l’avais imaginé”, s’inscrit dans le cadre du projet Erasmus+

« Kamilala : un projet créatif d’inclusion sociale par l’ouverture aux langues et aux cultures », qui implique l’assessorat de l’éducation de la Vallée d’Aoste,  les universités de Aveiro (Portugal), Aristotelio Panepistimio Thessalonikis – Eidikos Logariasmos Kondilion Erevnas (Grèce), Paris 8 (France) ainsi que l’association française « D’Une Langue à L’Autre » (DULALA), chef de file du projet.

Source: Assessorat de l’Education, de l’Université, des Politiques de la jeunesse, des Affaires européennes et des Sociétés à participation régionale – Bureau de presse Région autonome Vallée d’Aoste


Loading...